Bienvenue !


La Fédération internationale Destin de Femmes / Avenir d’Enfants regroupe une douzaine d’associations régionales et nationales.

Elle soutient des actions menées sur le terrain, dans le monde, par le biais de structures existantes et visant à améliorer les conditions de vie de populations fragiles et défavorisées, en apportant une réponse à leurs besoins essentiels.

Aidez-moi à les aider

Aidez-moi à les aider. Nous avons besoin du soutien de chacun et de chacune pour promouvoir un monde plus juste et défendre la dignité humaine partout où elle est bafouée, pour vivre dans un monde plus libre et plus solidaire, dans un environnement plus sain qui autorise l’épanouissement même des plus défavorisés.

Ennea Tess Griffith, présidente d’honneur


logo

Retrouvez sur ce site


L'État d'esprit de l'association

Les actions que nous soutenons sur le terrain

Burkina Faso - Philippines- Lakota - Mali

Les news des assos

Vide-greniers - Repas dansant - Collecte de bijoux - ventes de vétements et objets donnés


La fédération


1

Selim Aïssel

Fondateur

2

Ennea Tess Griffith

Co-fondatrice et présidente d'honneur

Nos forces


Nous voulons redonner de la dignité aux femmes et aux enfants, et de l’autonomie à tous. Toutes les actions que nous soutenons sont suivies personnellement par un membre de la Fédération DFAE. Nos frais de fonctionnement sont réduits au strict minimum. Nous vérifions que l’argent est bien employé sans gâchis : c’est là le plus gros problème de l’aide humanitaire, beaucoup plus que la malversation...

Nos objectifs


La Fédération favorise un esprit de partage chez ceux qui ont eu la chance d’être nantis, en offrant un espace d’expression à leur générosité au bénéfice des personnes les plus démunies.

Nos moyens


Pour récolter des fonds, la Fédération internationale DFAE organise des manifestations, principalement culturelles et artistiques ayant aussi pour but de mettre de la beauté dans le monde, dans un esprit de convivialité et d’humanité

Notre état d’esprit


Le coeur anime les acteurs de la Fédération et les pousse tout naturellement à donner avant tout d’eux-mêmes : talents, qualités, compréhension, expérience… Cette particularité est un atout majeur : elle permet de mobiliser l’ensemble des compétences et des savoir-faire pour la préparation de projets et leur réalisation sur le terrain.

Gestion des fonds collectés


La totalité des sommes récoltées reviennent aux personnes en besoin d’aide. Les fonds sont directement amenés sur place, sans intermédiaire institutionnel. La fédération et les associations en Europe sont gérées sans aucun frais de fonctionnement, qui sont pris en charge par les bénévoles.

Critères de choix des actions soutenues par la Fédération


Une personne de confiance impliquée directement, prête à se déplacer sur le terrain. Une action à taille humaine Conduire les personnes aidées vers leur autonomie.

Relation entre la Fédération et les associations DFAE


Chaque association nationale ou régionale adhère à la Fédération et s’acquitte d’une cotisation annuelle de 50 euros. Les fonds générés par les associations sont reversés à la Fédération, qui se charge de les répartir sur l’ensemble des projets retenus, de même qu’elle décide du montant qui sera octroyé à chacun.

La Fédération a pour buts :


1. de fédérer toutes les associations Destin de Femmes, Avenir d’enfants.

2. de choisir des projets humanitaires qui correspondent à des règles déontolo¬giques précises.

Ses moyens d’action sont notamment :


- l’organisation de conférences, de spectacles, .

- la participation à des manifestations

- des publications, concours, prix, récompenses, bourses, etc…

- la diffusion et la vente de CD ou vidéo...

- la fabrication et la vente de tout objet servant ses buts.

Quelques chiffres clés...


2001

Fondation de DFAE

4

actions soutenues dans le monde

8

régions organisant des collectes

4

Pays participant aux collectes


Les actions soutenues


4 actions sont soutenues actuellement






Burkina Faso


A Ouagadougou, Destin de Femmes soutient « La maison du Cœur ». C’est une maison d’accueil crée il y a 20 ans par Josette Boegli. Elle héberge 40 enfants de 3 à 19 ans qui sont complètement pris en charge. Cette maison « rayonne » autour d’elle car elle soutient également 120 femmes extrêmement démunies qui sont venues habiter autour de cette maison avec leurs enfants ou petits enfants. « La maison du cœur » donne le mil pour tous, soigne celles qui en ont besoin ( beaucoup ont le sida) et scolarise 1 enfant par fratrie ( soit 120).

Cette action est suivie personnellement par Anne Werner. Elle s’est rendue sur place à plusieurs reprises et a ainsi pu ainsi se rendre compte du sérieux avec lequel étaient gérés les fonds.





Philippines (Manille et alentours, l’Île Marinduque)


Sur demande de "Destin des femmes / Avenir d’enfants" et en collaboration avec Mme Margrit Messmer, présidente de l’association „Aide aux enfants Manille“, j’ai entrepris un voyage aux Philippines en novembre 2008, pour connaître personnellement leur situation de vie. J’ai été profondément touchée et heureuse à mon retour et j’ai la nostalgie du rire joyeux des nombreux enfants à qui nous avons rendu visite et qui vivent aussi bien dans les bidonvilles ou les décharges publiques que les quartiers pauvres. Sur les dépôts d’ordures de Manille, à „Payatas“, vivent et travaillent 40.000 personnes.

Dans nos deux foyers d’enfants à Manille et Bulacan les enfants sont des orphelins, des enfants trouvés, des enfants de la rue, des enfants maltraités ou sexuellement abusés. Ils bénéficient d'un accompagnement psychologique et médical. On veille à l’hygiène, à une conscience pour la protection de l’environnement, une vie communautaire sociale et à la discipline avec un plan hebdomadaire tracé clairement: gymnastique matinale, école, jeux, danse et chants (traditionnel et moderne), sport, méditation, nettoyage de la maison, de ses propres habits et visites à l’église.

Le comportement social des enfants est impressionnant. Ils sont gais, créatifs, reconnaissants, disciplinés, humbles, affectueux et croyants.

Après avoir terminé avec succès l’éducation scolaire, les adolescents ont la possibilité de suivre une formation professionnelle d’au moins 4 ans (professeur d’école, hôtellerie, sécurité sociale, secteur informatique).

Momentanément 70 étudiants dans différentes régions des Philippines reçoivent une formation de 4 ans financée par nous.

Sur les dépôts d’ordures de Manille „Payatas“ vivent et travaillent 40.000 personnes, des enfants aident déjà à partir de 6 ans. Les parents ne peuvent pas payer les frais de scolarité de leurs enfants. Nous y soutenons 2 écoles - la plus grande est « Paaralang Pantao » - pour permettre la scolarisation aux enfants et plus tard une formation professionnelle pour les adolescents. Dans l’école « Payatas » sont 86 élèves avec 3 professeurs, dans l’autre « Paaralang Pantao » (Erap) 230 enfants avec 10 professeurs. Chaque jour les enfants reçoivent un repas chaud et ceci est une des raisons pour laquelle les parents font scolariser leurs enfants.

Egalement nous allons continuer de soutenir des familles en crise, des enfants lourdement handicapés et dans la montagne 150 élèves avec du matériel scolaire.

Sur l’ile Marinduque nous nous occupons de 200 personnes âgées et sans moyens à trois endroits différents.

Deux fois par semaine ils reçoivent un repas. De plus, nous continuons à leur donner des cachets de vitamines et, si nécessaire, une aide médicale.

Tous les collaborateurs sont des bénévoles, les sommes récoltées reviennent entièrement aux personnes en besoin d’aide. Je couvre personnellement les frais de fonctionnement et administratif. Je suis à votre disposition pour toute information plus détaillée. Toute aide pour l’association est également la bienvenue (dans le comité, pour la comptabilité simple, la bureautique, des événements de „Benefiz“...). Je me rejouirais de votre prise de contact. Chaleureusement, Leonora Koller-Eps - CH-8505 Pfyn schweiz@dfae.org





École Lakota Waldorf


En 1992 quelques Indiens Lakota inquiets de l’avenir de leurs enfants se mettent à la recherche d’un modèle d’éducation proche de leurs valeurs.

Ils rencontrent la pédagogie Waldorf et trouvent des parallèles avec leur propre culture. Une vision globale de l’être humain et l’unité entre l’homme et la nature.

Les USA ne s’intéressant que très peu aux conditions de vie et à la culture des Indiens, les Lakota se tournent vers l’Europe.

En1994, grâce aux dons, un jardin d’enfants a été construit. Les 4 valeurs traditionnelles des Lakota : le Respect, la Générosité, le Courage et la Sagesse sont la base du travail quotidien avec les enfants. La préoccupation principale de l’école Lakota Waldorf est la transmission et la revitalisation de la langue Lakota. En effet, très peu de jeunes parlent le lakota.

La réserve de Pine Ridge est située dans le sud du Dakota. Elle est l’une des plus grandes réserves indiennes aux Etats-Unis.

Elle compte environ 30'000 habitants. Les conditions de vie sont les mêmes que celles des pays du Tiers-Monde : plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté et le taux de chômage est estimé à 80%. Beaucoup souffrent de diabète (plus de 50%) et autres maladies graves. Le taux de mortalité infantile et de suicide est 5 fois plus élevé que la moyenne aux Etats-Unis.

On compte également plus de 50% de ruptures scolaires.

Dans les écoles publiques ou les écoles missionnaires, il était interdit de parler la langue Lakota jusqu’à la moitié du 20e siècle. Ceci a conduit à la perte d’identité, la dépression et souvent à la résignation.

Le taux élevé de chômage, les mauvaises conditions de vie et le manque d’activités et de loisirs intéressants amènent souvent les enfants et adolescents à la consommation d’alcool et de drogues. C’est pourquoi il est urgent de donner la possibilité aux enfants et adolescents Lakota de recevoir une bonne éducation en lien avec leur langue et leur tradition.

C’est là où intervient la fondation Lakota.

La fondation Lakota soutient des projets initiés par des Indiens qui ont pour but de préserver leur langue, leurs valeurs et leurs droits et d’améliorer leurs conditions de vie.

Ce qui est particulièrement important pour la fondation est l’éducation et la formation continue des enfants et adolescents Lakota, et le soutien de l’école Waldorf.

L’école Lakota Waldorf est entièrement financée par des dons.

CONSTRUISONS L’AVENIR ENSEMBLE !





Ardèche-Diawambe Mali


(responsable Evelyne Bernard)

Diawambe est un village sahélien du Mali, dont les habitants appartiennent à l’ethnie peul, des nomades sédentarisés. Un puits en béton a été construit en 2002, puis une école en 2004, une cantine en 2006 et un projet de maraîchage est en cours.

DFAE participe au financement de l’achat et de l’installation d’un moulin à grains pour décharger les femmes de l’exté­nuant labeur de pilage, qui leur prend beaucoup de temps, et surtout pour permettre aux petites filles d’aller à l’école au lieu de piler le grain elles aussi. En 2009 : l’abri du moulin est construit, le moulin est commandé et doit arriver de Bamako, les femmes se sont organisées en association pour gérer la bonne marche du moulin et et une personne va être for­mée pour son entretien.


Exemples d'actions de collecte de fonds


Vide-grenier

Lieu de collecte de vêtements et objets d'occasion

Boite de Collecte de livres ou bijoux

dans les commerces locaux (magazins bio...)

Spectacles et Repas dansant

pour allier la joie partagée à la générosité

Ventes d'objets personnels

sur les sites de vente d'occasion (Leboncoin...)

News des actions sur le terrain



La Maison du Coeur, au Burkina Faso


(responsable Anne Werner)

L’argent que nous versons depuis quelques années à la Maison du Coeur couvre environ 3 mois 1/2 de fonctionnement de cette structure, qui accueille 40 enfants de 2 à 23 ans, et fonctionne avec une dizaine de salariés déclarés (très rare en Afrique, surtout dans les structures privées). L’accent est mis sur l’éducation. Un répétiteur vient tous les soirs faire faire les devoirs. Les enfants vont dans les écoles environnantes souvent éloignées de plusieurs kilomètres car la ville est étendue, et où il n’est pas rare qu’ils se retrouvent à 120 par classe. Cette année, tous ceux qui vont loin ont reçu un vélo dont ils ont la charge. Ils en prennent grand soin, tellement ils sont heureux de ne plus faire ces voyages à pied ! La plus ancienne des enfants, accueillie dès sa naissance, a eu son bac cette année et s’apprête à entrer en BTS hôtellerie. Un autre jeune préparé au métier de potier a eu la grande surprise de voir Josette Boegli arriver en décembre avec un tour de potier. Elle a créé pour lui un atelier avec un four et rappelle volontiers qu’à la Maison du Coeur, c’est comme dans une famille : on ne laisse pas partir les enfants sans leur donner les moyens de gagner leur vie. Ils partent donc lorsqu’ils sont prêts.




Ardèche-Diawambe Mali


(responsable Evelyne Bernard)

Un petit mot pour vous donner des nouvelles du moulin à grains du village de Diawambé dans le Sahel malien, pour lequel votre association a bien voulu nous aider. Il est opérationnel depuis plusieurs mois au grand plaisir des femmes du village, soulagées dans leurs corvées de pilage quotidien, surtout en cette période de post-récolte, plutôt bonne cette année. Un gérant a été formé pour assurer son entretien… Nous avons démarré un programme d’alphabétisation en langue peul pour 15 femmes de Diawambé et de villages voisins, bénévoles et engagées dans des associations locales. Nous en sommes à la deuxième session de 45 jours, sous la conduite d’un formateur du Centre d’Animation Pédagogique (C.A.P.) de Niono, Moussa També. Si cela vous est possible, nous vous solliciterons pour le financement d’une troisième session d’approfondissement. Ces femmes devraient pouvoir, en fin de formation, dans leurs villages respectifs, animer des centres d’éducation pour le développement (C.E.D.) pour satisfaire les besoins éducatifs de la population locale, en quelque sorte devenir les alphabétiseuses de leurs consoeurs et enfants, et les animatrices de leurs associations. Une session de consolidation revient à environ 1400 euros. En vous remerciant encore pour votre soutien et en espérant pouvoir continuer à travailler ensemble, recevez, Maya, l’assurance de nos sentiments les plus cordiaux.


M. Raimbault président Ardèche-Mali Kinderhilfe


Manila


(responsable Leonora Koller-Eps)

Je remercie de tout coeur la grande générosité de DFAE pour son don de 12 000 euros pour 2008 et 2009. Votre aide la plus importante : les formations professionnelles : une éducation complète de 4 ans coûte 4.650 euros. Une belle réussite est celle de Jinkee Gargar soutenue depuis petite enfant et maintenant médecin après 10 ans d’études (voir photo). Au foyer d’enfants d’Angeles City, 54 enfants sont pris en charge par une soeur. Votre don permettra de financer une formation de 4 ans pour 4 jeunes filles de l’orphelinat. Le montant de 3.000 euros par fillette comprend les frais de formation, le matériel scolaire, l’uniforme et les chaussures, ainsi que quelques petits soins. Les frais de formation sont directement reversés à l’établissement scolaire ; les frais complémentaires sont versés mensuellement selon les besoins de chaque écolière. A la fin du semestre, chacune doit soumettre par écrit une proposition de budget pour le semestre à venir, qui sera étudié et pour lequel je devrai donner mon accord. Je connais personnellement ces jeunes femmes et rends d’année en année visite à l’établissement qui les accueille.


Margrit Messmer présidente de Kinderhilfe Manila



Pour soutenir notre action, pensez à



Pour nous contacter


Fédération Destin de Femmes / Avenir d’Enfants
614 route de grattepanche – F-74370 Villaz

Maya Ollier
Présidente de la Fédération Internationale Présidente de DFAE – Alsace
Tél : (0033) 6.67.77.47.52
Email : ma.serratrice@gmx.com ( contact@dfae.org )




Les associations membres La Fédération DFAE se compose actuellement, par ordre alphabétique, des associations suivantes :

Liens vers des sites d'actions parainnées par DFAE :


>   Kinderhilfe Manila (en allemand)